Libre Flot stoppe sa grève de la faim, le combat continue

Hier lundi, alors que rassemblements et actes de soutien se tenaient entre autres à Lille, Albi, Paris, Toulouse, Limoges, Strasbourg, Rennes (le samedi), mais aussi en Grèce, au Danemark, en Allemagne, en Angleterre, au Portugal et avant le rassemblement marseillais aujourd’hui à 19h, notre ami et camarade Libre Flot a décidé de stopper sa grève de la faim.

Nous sommes à la fois soulagé.es pour lui et écœuré.es qu’elle n’ait pu mener, malgré quelques petites victoires, à sa libération.

La fin de sa grève n’entame bien sûr en rien notre détermination. Nous continuerons à nous battre pour la libération de Libre Flot, pour les inculpé.es du 8 décembre, et contre le système policier, judiciaire et carcéral responsable de leur situation.

Communiqué de Libre Flot

Alors que ces presque 16 mois de détention en isolement m’ont laissé beaucoup plus de séquelles à la fois physiques mais surtout mentales et psychologiques que 10 mois de guerre en Syrie,

Alors même que j’ai survécu à la libération de Raqqa, face aux troupes de Daesh défendant bec et ongles la capitale de leur califat,

Je reste estomaqué non seulement de la censure qui est faite autour de ma situation, mais surtout devant le silence vis-à-vis de ma légitime et raisonnable requête au gouvernement français, au PNAT (Parquet National Anti-Terroriste), au juge d’instruction Jean-Marc Herbaut, démontrant ainsi leur choix de me laisser mourir !

Pourtant en ce jour d’anniversaire, après 36 jours de grève de la faim à un moment où mon était de santé devient plus hasardeux que jamais, je fais le choix de la vie comme une renaissance, une nouvelle vie qu’accompagne ce printemps et tourne le dos à un potentiel dénouement fatal. Ce 4 avril 2022 à 18h, j’ai décidé de me réalimenter.

Mais rien ne s’achève maintenant, je demeure enfermé, enterré vivant et plus que jamais, j’espère votre soutien et appelle à la solidarité.

Je réitère que je ne demande qu’à être traité comme tou·te·s les co-inculpé·e·s, à savoir être mis en liberté le temps de pouvoir démontrer le côté calomnieux de cette honteuse accusation terroriste qui ne tient pas la route.

Salutations et respect. Libre Flot.